Euro 2016

Diables rouges: faut-il poursuivre l’aventure avec Marc Wilmots?

- 703801886 B979197457Z - Diables rouges: faut-il poursuivre l’aventure avec Marc Wilmots? -  actu diables rouges

Le sélectionneur n’a jamais été aussi près de prendre la porte. Critiqué de toutes parts, Wilmots a tout de même quelques arguments à faire valoir. Suffisant pour faire oublier ses carences?

Depuis le vendredi 1er juillet et la défaite en quarts de finale de l’Euro contre le pays de Galles (1-3), la question du maintien de Marc Wilmots à la tête des Diables rouges est sur toutes les lèvres. Et très souvent, le constat est le même: tant pour les observateurs que pour le supporter lambda, l’ancien joueur de Schalke 04 a fait son temps et doit passer la main.

Mais, comme toujours, tout n’est pas noir ou blanc sur le sujet. On fait le point sur les raisons de conserver ou de jeter Marc Wilmots alors que les Diables ont désormais un nouvel objectif: la Coupe du monde 2018.

Wilmots est un meneur d’hommes hors pair

S’il y a bien un point qu’on ne pourra jamais remettre en question chez le Hesbignon, c’est sa capacité à mobiliser ses troupes. Dans un vestiaire ou sur la touche, il trouve toujours les mots pour motiver ses joueurs. Un vrai leader sur et en dehors des terrains et qui n’est pas donné à tous les entraîneurs.

Un fameux bilan en 51 matchs avec les Diables

Durant l’Euro en France, Marc Wilmots est arrivé au pied du podium des sélectionneurs belges avec 51 matchs au compteur derrière Guy Thijs (114), William Maxwell (70) et Constant Vanden Stock (68). Et le bilan comptable est plutôt remarquable: 34 victoires, 8 nuls et 9 défaites. Il possède le meilleur bilan de tous les sélectionneurs qui ont entraîné les Diables rouges avant lui. C’est purement statistique mais cela compte.

On sait ce qu’on a avec Wilmots, pas ce qu’on aura avec un autre

Sélectionneur depuis quatre ans, Marc Wilmots a évidemment ses qualités et ses défauts. Tout le monde le connaît ce qui également le cas des joueurs de la sélection. Or, si l’Union belge venait à lui donner son C4, elle devrait trouver son successeur dans un timing assez serré alors que le premier match de qualification pour le Mondial russe se jouera en septembre à Chypre. Et dans la précipitation, l’Union belge pourrait faire un mauvais choix…

L’Euro 2016, un échec

Les demi-finales, c’était l’objectif minimum pour les hommes de Marc Wilmots en France. Malheureusement, les Diables rouges n’ont pas réussi à intégrer le dernier carré du tournoi hexagonal. Mais, plus que le fait d’avoir été sorti dès les quarts de finale, c’est l’identité du bourreau qui fait mal à tous les supporters: le pays de Galles. Bien que valeureux et dotés de deux joueurs d’envergure avec Bale et Ramsey, les Gallois n’auraient pas dû venir à bout de la Belgique à Lille. Un échec qui est évidemment imputé au sélectionneur.

Loin d’être un maître tacticien

Tant face à l’Italie en phase de groupes que contre le pays de Galles en quarts de finale, Marc Wilmots a perdu son duel tactique avec son opposant direct qu’il se nomme Antonio Conte ou Chris Coleman. Deux rencontres après lesquelles, tous les observateurs avaient le même avis: Marc Wilmots a encore prouvé qu’il était trop court sur le plan tactique et incapable de trouver une solution face à un dispositif avec trois défenseurs centraux.

Or, si cette génération veut glaner un titre, elle devra avoir avec elle un entraîneur capable de trouver des solutions avant et pendant les rencontres notamment lorsque l’adversaire sera du calibre de l’Italie, de l’Allemagne, de la France ou de l’Argentine.

Aucun progrès entre juillet 2014 et juillet 2016

C’est peut-être ce qui fait le plus mal quand on fait le bilan de Marc Wilmots. Cette impression que la Belgique n’a pas du tout progressé depuis la Coupe du monde au Brésil où elle n’avait jamais trouvé la solution face à l’Argentine. Depuis lors, Wilmots avait l’occasion de tester des choses durant des qualifications où les deux premiers étaient qualifiés pour l’Euro. Mais, le natif de Dongelberg a préféré poursuivre avec ses idées sans tester certaines choses. Du temps perdu que la sélection belge ne pourra jamais rattraper…

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top