Diables rouges

Chypre – Belgique: voici les cinq choses à retenir de la victoire des Diables rouges

- 1422179993 B979635706Z - Chypre – Belgique: voici les cinq choses à retenir de la victoire des Diables rouges -  actu diables rouges

La Belgique a débuté sa campagne qualificative pour le Mondial 2018 en Russie par une victoire (0-3 à Chypre). Romelu Lukaku, auteur d’un doublé, et Yannick Carrasco ont permis à Roberto Martinez de décrocher son premier succès en tant que sélectionneur des Diables rouges. Voici les cinq choses à retenir de cette soirée.

Voici les cinq choses à retenir de la victoire des Diables rouges.

1.Une nouvelle tactique payante

Roberto Martinez n’a pas tardé à apporter les premières retouches à son schéma de jeu. À défaut d’apposer une véritable griffe, il a opéré le remaniement que l’on pouvait pressentir. Avec pour effet le plus visible, le passage à une défense à trois, composée de la triplette Alderweireld-Vermaelen-Vertonghen.

Un remodelage des bases arrières souvent resté à l’état d’esquisse intellectuelle dans l’esprit de pas mal de sélectionneurs mais jamais matérialisé. À défaut de l’avoir osé (on était à Chypre tout de même…), Martinez a tenté la formule. Et c’est d’autant plus à son honneur qu’outre la pression inhérente à des débuts en match officiel, il avait tout de même parié sur l’abattage de Carrasco, repositionné sur le flanc gauche et de surcroît dans un rôle de piston.

Bien plus dans son match que lors de ses dernières sorties parfois fantomatiques, l’ailier de l’Atlético a cette fois parfaitement contribué à une première que l’on peut qualifier de réussite. Il faudra évidemment revoir ce dispositif à l’usage, et peut-être avec d’autres hommes (on pense à Kompany au premier chef), mais pour une pièce à casser, il n’y a finalement que très peu de déchet à recenser.

Le but rapide de Lukaku (13e), rentré dans ses prérogatives de l’Euro après un court passage sur le banc jeudi dernier, a bien évidemment constitué un paramètre déterminant dans ce lancement de la campagne censée mener la Belgique vers une 13e participation à une phase finale de Coupe du monde. Le soutien, de Hazard et de De Bruyne, franc et massif puisque plus géographiquement plus proche au sein de ce que l’on peut finalement authentifier comme un 3-4-3 flexible à souhait a visiblement fait du bien à l’attaquant d’Everton.

2.Romelu Lukaku fait le plein de confiance

La deuxième collaboration entre Roberto Martinez et Romelu Lukaku a débuté de manière idyllique dans un GSP Stadium qui a vu l’attaquant des Diables s’offrir un doublé, le quatrième de sa carrière internationale après ceux plantés face à la Russie (novembre 2010), la Croatie (octobre 2013) et l’Irlande (juin 2016). Sans oublier son fameux triplé face au Grand-Duché du Luxembourg (mai 2014), même si l’UEFA ne le comptabilise pas.

Positionné à la pointe d’une attaque à trois complétée par Eden Hazard et Kevin De Bruyne, «Big Rom» n’a pas dû forcer son talent pour mettre les Chypriotes au tapis, se contentant d’être à l’affût de deux ballons déviés par Kostas Panayi, le jeune portier des «Bleu et Blanc», sur des envois de Thomas Meunier (13e) et de Yannick Carrasco (60e), pour terminer le boulot de la tête. Ses 15e et 16e réalisations avec les Diables rouges qui confortent son statut de meilleur buteur actuel du noyau.

3.Hazard, le vrai capitaine des Diables

Disponible et remuant, Eden Hazard s’est montré actif dans le pressing en début de partie. Il était ensuite dans tous les bons coups. Ses passes tranchantes et ses nombreux appels ont fait du bien à une ligne médiane dans laquelle il se sent comme un poisson dans l’eau.

Hazard s’est aussi montré décisif en délivrant une passe décisive à «YFC» sur le troisième goal des Diables. Le capitaine a aussi forcé un penalty qu’il a laissé généreusement à Batshuayi… qui s’est loupé. Le brassard lui va si bien lorsqu’il joue de cette manière. Nous, on en redemande!

4.Meunier: une prestation aboutie et un splendide geste technique

Très présent sur le flanc droit, Thomas Meunier s’est montré dangereux offensivement. Mais il a également fait le boulot défensivement. On peut ainsi le créditer d’une prestation très aboutie.

La nouvelle recrue du PSG s’est également fait remarquer. Et ce, par un geste technique sublime. En un contre un au point de corner, il s’est sorti de cette situation délicate. Il a réussi un petit pont magnifique entre les jambes d’Efrem. Preuve que Meunier est en confiance.

5.Il faudra compter sur la Grèce et la Bosnie

Dans les autres rencontres du groupe, la Grèce s’est imposée 1-4 contre Gibraltar à Faro et la Bosnie-Herzégovine s’est débarrassée 5-0 de l’Estonie. Les Bosniens seront précisément les prochains adversaires des Diables rouges, le 7 octobre à Bruxelles. Trois jours plus tard, les troupes de Martinez affronteront Gibraltar à Faro, au Portugal.

Il faut donc se méfier de ces adversaires. Certes, les Diables ont fait le boulot à Chypre. Une prestation qui demande donc une confirmation dans les semaines à venir.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top