Diables rouges

Les cotes des Diables rouges face à l’Espagne: Alderweireld, le seul à sortir la tête de l’eau, Jordan Lukaku et De Bruyne loin de leur meilleur niveau

- 257127734 B979595211Z - Les cotes des Diables rouges face à l’Espagne: Alderweireld, le seul à sortir la tête de l’eau, Jordan Lukaku et De Bruyne loin de leur meilleur niveau -  actu diables rouges

Les Diables rouges n’ont pas vraiment convaincu face à la Roja: la formation belge a même connu l’une des pires soirées au Stade Roi Baudouin depuis de nombreuses années.

Voici les cotes des joueurs belges au terme de ce match difficile contre l’Espagne (0-2).

Thibaut Courtois (6,5): la balle lui file sous le corps sur le but d’ouverture de Silva et sa sortie dans les pieds de Vitolo n’est peut-être pas idéale dans le timing. Il sort tout de même une parade exceptionnelle sur une tête quasi à bout portant de Piqué, laissé libre de tout marquage sur un coup franc botté dans la boîte (56e), et est pris à contre-pied sur le penalty transformé par Silva peu après l’heure de jeu. Appliqué à la relance malgré la pression des attaquants de la Roja, il sort encore une autre frappe cadrée des Espagnols qu’Alderweireld, en tacle, ne parvient pas à bloquer (78e).

Thomas Meunier (6): deux récupérations viriles (6e et 12e) et un tacle parfait sur Morata (19e) pour le mettre en confiance. Son centre travaillé pour Origi (25e) est du même registre, tout comme son superbe retour sur Costa (28e). Son apport offensif se limite à quelques vaines incursions en raison d’un manque d’efficacité du pressing collectif des Diables. Avec le rapide Alba et le vivace Silva dans ses parages, sans oublier Koke, il s’offre une opposition féroce qui ne le déstabilise pas le moins du monde. Calme et appliqué, il gagne des points dans l’optique d’une nouvelle titularisation à Chypre mardi prochain.

(Photo: Photo News/Laurent Dubrule)

Toby Alderweireld (6,5): le défenseur central est (re)devenu intransigeant dans son placement et ses interventions, à l’occasion du déploiement multidirectionnel d’une Roja pourtant très vive et incisive. Avec Jan Vertonghen, son compère chez les Spurs, tout est finalement question d’automatismes et de complémentarité: Alvaro Morata, très vite sorti sur blessure, a pu s’en rendre compte en ne bénéficiant d’aucune zone d’expression dans la moitié de terrain des Diables rouges. La montée au jeu de Diego Costa a certes rendu la tâche plus ardue au duo de Tottenham mais Toby Alderweireld n’a jamais perdu le contrôle de ses émotions et de ses actions.

Jan Vertonghen (6): bien dans son match, il laisse filer Vitolo vers Courtois et ne peut ensuite gêner Silva au moment de conclure au niveau du point de penalty (34e). Il se reprend en empêchant Costa de doubler la marque depuis le petit rectangle suite à une grossière erreur de De Bruyne (42e). Il guide constamment ses équipiers de la voix et se montre très calme dans ses agissements. À l’image d’Alderweireld, il est sans doute plus performant dans une position axiale, là où son sens du placement est rarement pris à défaut. Sa présence dans le domaine aérien est aussi très utile, voire indispensable.

Jordan Lukaku (3,5): première intervention impeccable devant Carvajal (5e). Vitolo se joue ensuite de lui mais sans conséquence puisque le Sévillan ne peut filer vers la cage de Courtois (7e). Il dégage de justesse une passe hasardeuse de… Hazard (15e) et tacle soigneusement Vitolo dans le rectangle (29e). Un centre loupé (51e) et un stupide penalty sur Vitolo (62e) font par contre lourdement chuter sa cote de popularité. Son manque d’expérience des grands événements est (trop) flagrant. Contre Chypre, heureusement, il devra avant tout être présent pour apporter un plus au niveau offensif.

(Photo: Photo News/Laurent Dubrule)

Axel Witsel (5): titulaire à la surprise générale après son voyage à Turin dans la journée de mercredi pour négocier son transfert avorté à la Juventus, il évoluait seul au poste de numéro 6 dans le schéma tactique de Roberto Martinez. Il est redescendu pour demander de nombreux ballons mais n’a pas toujours été très précis dans ses relances. Asphyxié comme toute la ligne médiane belge, il est redescendu beaucoup trop bas dans le jeu. A perdu aussi quelques duels (40e, 52e), ce n’est pas dans ses habitudes.

Radja Nainggolan (5): après un bon premier quart d’heure avec un pressing assez haut dans le jeu, il a rapidement baissé de niveau et d’intensité comme tout le bloc équipe belge. Dans un rôle de milieu axial, il avait un peu plus de liberté offensive qu’Axel Witsel mais n’en a pas vraiment profité. Quelques belles interventions au milieu de terrain comme à la 25e minute pour arracher le ballon dans les pieds de Thiago Alcantara. Mais il n’a jamais été très précis dans ses passes verticales. Lors du dernier quart d’heure de la première période, il se tenait souvent le bas du mollet gauche. Sorti à la mi-temps.

Kevin De Bruyne (4): il a débuté la rencontre avec de très bonnes intentions en demandant de nombreux ballons dans les pieds. Mais à l’image du collectif belge, il a été très imprécis en première période en multipliant les ballons imprécis (7e, 21e, 29e). Une perte de balle en fin de première période (42e) a permis à Diego Costa de se présenter seul devant Courtois. A aussi été très imprécis dans ses corners. Invisible en deuxième période, il a joué plusieurs fois en marchant. Auteur de la première frappe cadrée pour la Belgique à la… 83e minute.

(Photo: Reuters/Eric Vidal)

Yannick Carrasco (4): c’est bien simple, il n’a gagné aucun duel offensif en première période en multipliant les mauvais choix (8e, 17e, 24e). Même lors de ballons assez simples, l’ailier de l’Atlético n’a pas été précis du tout comme lors de sa très mauvaise passe dans le dos de Meunier (34e). N’a apporté aucune percussion sur le flanc droit. Sur son seul duel gagné du match (58e), il a effectué une très mauvaise passe directement hors des limites du terrain… Sa dixième sélection est un peu à l’image de son Euro avec les Diables et son début de saison avec l’Altético Madrid.

Eden Hazard (4,5): quelques fulgurances offensives du capitaine des Diables comme lors de son accélération au milieu de terrain en fin de première période (37e), mais sa passe vers Divock Origi était imprécise. Avec un Jordan Lukaku catastrophique derrière lui, il a surtout été obligé de redescendre de nombreuses fois pour bloquer le flanc droit espagnol (15e, 39e, 60e). Après le deuxième but visiteur, il a plus évolué dans l’axe du jeu, mais sans pouvoir apporter son empreinte au jeu des Diables. Quelques passes catastrophiques en fin de rencontre.

Divock Origi (4,5): titulaire pour la première fois avec les Diables rouges depuis la rencontre amicale face à la Finlande (1-1) lors de la préparation à l’Euro 2016, l’attaquant de Liverpool n’a pas tiré une seule fois au but durant une heure de jeu. À sa décharge, il n’a presque pas reçu de ballons dans les seize mètres de l’Espagne. Dans son rôle de point d’appui offensif, il a effectué quelques belles déviations (5e, 10e, 17e). Mais il est devenu de plus en plus invisible comme l’ensemble des éléments offensifs de la Belgique au fil des minutes.

(Photo: Belga/Nicolas Lambert)

Mousa Dembélé (4,5): rentré au jeu à la place de Radja Nainggolan pour tenter d’apporter de la consistance au milieu de terrain, il n’a pas réussi à apporter de la révolte. Il n’a apporté aucune percussion offensive.

Romelu Lukaku (n.c.): sifflé lors de sa montée au jeu (en remplacement de Divock Origi) par une partie du public, il n’a reçu aucun ballon exploitable dans le rectangle.

Kevin Mirallas (n.c.): monté en fin de rencontre à la place de Yannick Carrasco, il a affiché une grosse envie dans les duels.

Steven Defour (n.c.): rentré à deux minutes du terme à la place de Kevin De Bruyne.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top