Diables rouges

L’Union belge de football veut récupérer un million de primes chez les Diables rouges

- 1163513030 B979638635Z - L’Union belge de football veut récupérer un million de primes chez les Diables rouges -  actu diables rouges

Bart Verhaeghe et Mehdi Bayat ont vu Courtois, Vertonghen Vermaelen et Hazard samedi dernier. Objectif: supprimer les bonus qualificatifs et raboter les 60% net de primes UEFA/Fifa, mais augmenter les incitants en tournoi jusqu’à 400.000 euros pour une victoire en Russie. Les primes de match resteraient identiques: 8.000 euros la victoire et 4.500 pour un match nul.

Pierre François, le directeur général de la Pro League, l’avait suggéré en début de mandat en juin 2015. Lorsque les nouveaux accords de collaboration entre l’Union belge et l’association des clubs de D1A/D1B seraient effectifs, l’un des premiers objectifs de Bart Verhaeghe et de Mehdi Bayat, le team de représentation auprès de l’équipe nationale, serait de s’attaquer aux accords signés avec les joueurs sur leurs primes à la performance. Pour rappel, en novembre 2013, Philippe Collin et Steven Martens, alors respectivement Directeur technique national et CEO de la Fédération, avaient convenu avec le conseil des joueurs en place à l’époque (Vincent Kompany, Nicolas Lombaerts, Thomas Vermaelen et Jan Vertonghen), le montant des primes qualificatives aux tournois. Ainsi que les bonus inhérents (60% des rentrées allouées par l’UEFA ou la Fifa). Un deal qui n’avait fait lever qu’un cil à l’opinion publique au moment même, mais dont on allait mesurer les effets ravageurs au retour de la Coupe du monde au Brésil, où la fameuse affaire de la facture des 300.000 euros pour un hôtel inoccupé allait couper son poste à Martens, quelques mois plus tard.

Depuis, les relations entre l’Union belge et le noyau des Diables ne sont plus qu’une affaire de gros sous. Un pacte tacite de non-agression avait été imposé par le président De Keersmaecker à l’ensemble de sa direction à l’approche de l’Euro, afin de ne pas attiser les tensions déjà naissantes avec Marc Wilmots. Mais le feu couvait et l’arrivée au pouvoir de l’aile pro du football belge annonçait un tour de vis du côté des finances. Ce qui comprenait ipso facto l’ouverture de négociations pour la révision de l’accord avec les Diables, pourtant gravé dans le marbre jusqu’en juillet 2018, à l’issue de la Coupe du monde russe.

Après de multiples tentatives (dont la dernière lors du stage de Lausanne étouffée par Wilmots lui-même), Bart Verhaeghe a repris le chemin du compromis. Avec dans sa foulée, non pas le CEO ad interim Gérard Linard ni le grand argentier Tom Borgions, mais bien Mehdi Bayat. Samedi dernier, les deux hommes ont ainsi franchi la double porte vitrée du Crowne Plazza de Diegem pour rencontrer le quatuor qui compose la nouvelle représentation du noyau de l’équipe nationale. À savoir, toujours Jan Vertonghen et Thomas Vermaelen, mais flanqués cette fois de Thibaut Courtois et d’Eden Hazard.

Que venaient leur soumettre les dirigeants? Une révision de l’accord visant à revoir la clé de répartition des émoluments dévolus aux Diables pour se qualifier dans les tournois et lors de ceux-ci. «Le but est de récupérer 1 million dans l’opération, nous souffle-t-on du côté de l’Union belge. Mais sans casser de porcelaine.
En clair, les 60% négociés en son temps sur chaque euro qui rentre, nous font très mal. Un pourcentage qui aurait dû porter sur le net et pas sur le brut, ou du moins après déductions des frais.»

Plus d’informations dans nos éditions de ce jeudi 8 septembre.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top