Diables rouges

Romelu Lukaku l’avoue: “Avec Wilmots, on avait carte blanche dans les 30 derniers mètres, maintenant c’est différent”

- 87526132 B979607527Z - Romelu Lukaku l’avoue: “Avec Wilmots, on avait carte blanche dans les 30 derniers mètres, maintenant c’est différent” -  actu diables rouges

L’attaquant belge a accepté de comparer la nouvelle sélection de Roberto Martinez, et son travail à la tête des Diables, par rapport à son prédécesseur, Marc Wilmots.

Roberto Martinez alignera-t-il d’emblée Romelu Lukaku mardi soir (20h45) à Nicosie, où les Diables rouges affrontent Chypre en match d’ouverture du Groupe H de la Zone Europe de la Coupe du monde 2018? Ce n’est pas encore une certitude

«Ce n’est pas parce qu’on a déjà travaillé trois ans ensemble à Everton qu’il va me privilégier par rapport aux autres candidats», estime l’intéressé. «En tout cas je lui dois déjà énormément car je n’en menais pas large quand il est venu me chercher à Chelsea. Il a fait de moi un véritable attaquant de Premier League et je ne l’oublierai jamais. Tant mieux si maintenant on se retrouve, mais cela ne me donne aucun avantage sur les autres».

> Cliquez ici pour voir la vidéo sur mobile.

«Pour Marc (Wilmots)», poursuit Lukaku, «c’est dommage que l’aventure ne continue pas. Je n’oublierai pas tout ce qu’il nous a appris non plus, ni surtout cette enivrante ascension vers la première place mondiale. Mais maintenant il s’agit de s’adapter à un entraîneur tout différent, et ce n’est pas si facile. Avec Wilmots par exemple, les attaquants avaient carte blanche dans les 30 derniers mètres. Avec Martinez au contraire, sans compter Monsieur (sic) Thierry Henry, les consignes sont beaucoup plus précises et contraignantes. Dans les autres secteurs de jeu aussi, et il faudra donc du temps pour la mise en place du nouveau système».

«On est bien conscient d’avoir déçu le public jeudi contre l’Espagne (0-2). C’était mauvais. Or les gens attendaient beaucoup après l’Euro, d’où leur frustration. Mais il ne faut pas tomber dans la déprime. On va se reprendre», affirme l’attaquant belge d’Everton. «Personnellement et l’entraîneur le sait, je ne suis encore qu’à 80% de mes moyens. Il me faut encore deux semaines pour atteindre les 100%. J’ai été blessé et ma préparation a donc été sérieusement perturbée. Mais je me sens quand même bien et prêt à rendre service. Je suis resté très calme pendant la période des transferts parce que je ne voulais surtout pas d’un clash avec Everton qui rejetait systématiquement toutes les offres me concernant. Je respecte mon club et j’espère qu’il me le rendra un jour car je veux des prix et pas seulement un gros contrat…», conclut Romelu Lukaku.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top