Diables rouges

Les futurs de Nainggolan et Witsel, le ‘flirt’ avec Anderlecht et la chance de remporter un grand tournoi: Roberto Martinez se confie sur tous les sujets chauds

- 1010855962 B9711286994Z - Les futurs de Nainggolan et Witsel, le ‘flirt’ avec Anderlecht et la chance de remporter un grand tournoi: Roberto Martinez se confie sur tous les sujets chauds -  actu diables rouges

Les éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 reprendront le samedi 25 mars contre la Grèce pour des Diables rouges plus ambitieux que jamais et audacieux, aussi, depuis la venue de Roberto Martinez à la tête de la sélection. Le Catalan de 43 ans s’est confié dans le magazine flamand Humo sur ses premiers mois en tant que coach fédéral. Extraits.

> Sur l’effectif belge: «
Tout le monde connaît le talent qui déborde de ce groupe. Après, il y a la manière de faire évoluer tous ces grands joueurs ensemble. Contre l’Espagne, lors de mon premier match, nous avons pu constater que le talent ne suffisait pas pour vaincre une telle nation. Nous avons une équipe très compétitive mais nous n’avons encore rien prouvé, je reste réaliste.
»

> Sur l’objectif de soulever un trophée international: «
Le premier objectif, c’est avant tout la qualification. Il est normal d’être ambitieux sauf que le premier tournoi à gagner est toujours le plus difficile pour un pays. Je l’ai déjà vu de l’intérieur avec l’Espagne… Une fois que vous prenez conscience de vos possibilités, tout est plus clair, limpide. En Allemagne et en Italie, c’est différent: peu importe si le jeu est mauvais et que l’équipe n’est pas impressionnante, tout le monde reste quand même convaincu que ça peut aller au bout.
»

> Sur sa relation avec Radja Nainggolan: «
La porte reste ouverte pour tout le monde, y compris Radja. J’ai toujours dit que je ne demandais qu’à être impressionné, à être bousculé dans mes idées.
»

> Sur le départ d’Axel Witsel en Chine: «
La carrière d’un footballeur est courte et l’argent demeure inévitablement important. Mais moi je vois plus loin: il est maintenant un joueur très important dans un tout nouveau projet. Je suis convaincu qu’il ne va pas baisser de niveau et qu’il sera encore un pion important de la sélection belge. En Russie non plus, il n’a pas perdu ses qualités; je ne vois donc pas où se situe le problème.
»

> Sur son «acte manqué» avec Anderlecht: «
Nous avons discuté pendant l’été mais ce n’était juste pas le bon timing, pour Anderlecht et pour moi.
»

> Sur son envie de bosser avec les Diables: «
La seule sélection qui m’a toujours intéressé, c’est la belge. Et si vous me demandez pourquoi, je n’ai pas vraiment de réponse… Peut-être parce que j’ai toujours été en contact avec des Diables rouges. En Premier League, j’ai souvent travaillé sur des stratégies visant à stopper Eden Hazard; j’ai collaboré avec un jeune talent comme Romelu Lukaku; et j’ai toujours été fasciné par la manière de jouer de Toby Alderweireld, Jan Vertonghen et Vincent Kompany.
»

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top