Diables rouges

«Doit-on craindre la Belgique?» se demandent les médias anglais

«doit-on craindre la belgique?» se demandent les médias anglais - Capture d   e  cran 2018 06 28 a   10 - «Doit-on craindre la Belgique?» se demandent les médias anglais -  actu diables rouges

La Belgique et l’Angleterre s’affrontent ce jeudi dans leur dernier match du premier tour avec en jeu la première place du groupe G.

Une affiche vient clôturer la phase de groupe de la Coupe du monde 2018. La Belgique affronte l’Angleterre dans un match très attendu. Les deux nations sont déjà assurées de passer en huitièmes de finale. Reste à déterminer laquelle des deux décrochera la place de premier du groupe G.

Bien évidemment, un tel match est fortement commenté par les journalistes et consultants. Ces derniers jours, les médias anglais se sont demandés si l’Angleterre doit «  craindre la Belgique  » et a pointé les points forts, mais aussi les faiblesses des Diables rouges.

Un effectif de stars

Les Anglais sont unanimes : l’effectif belge a de quoi faire trembler n’importe quelle équipe. «  La Belgique a tout les ingrédients pour un succès à la Coupe du monde. Lukaku mène l’attaque, aidé par le génie créatif qu’est Eden Hazard et Kevin De Bruyne qui tire les ficelles en milieu de terrain  » peut-on lire dans le Telegraph. SkySports met aussi en évidence l’effectif des Diables où «  il y a plus de superstars de la Premier League que dans l’équipe d’Angleterre  » en citant entre autre Kevin De Bruyne, Eden Hazard, Toby Alderweireld ou encore Jan Vertonghen. La télévision publique britannique BBC estime que si Roberto Martinez décide de faire tourner son effectif, «  ce n’est peut-être pas si important, car ce n’est pas que le onze de base qui est impressionnant.  » L’ex-joueur de Chelsea Didier Drogba, consultant de la BBC, donne l’exemple de Romelu Lukaku, meilleur buteur de l’histoire de la Belgique, qui peut être remplacé par Michy Batshuayi qui s’offre encore six occasions. Pablo Zabaleta, autre consultant pour la BBC, estime que «  la Belgique peut faire mal à n’importe qui avec les joueurs offensifs qu’elle a  ».

Mais attention, car cela ne veut pas forcément dire que l’équipe nationale belge est bien meilleure comme le souligne The Telegraph. «  Malgré tous ces talents exceptionnels, la Belgique reste décevante lors des grands tournois.  » Les Anglais savent bien de quoi ils parlent puisqu’à l’Euro 2016, il se sont faits surprendre par l’étonnante Islande. «  L’important est la cohésion de groupe et la mentalité. Roberto Martinez a désormais la tâche de faire en sorte que la Belgique en tant qu’équipe soit aussi performante que la somme de ces individualités  » point SkySports.

Hazard-Lukaku-De Bruyne, un trio de maîtres

Trois noms reviennent en permanence dans les divers articles publiés par les médias anglais : Eden Hazard, Romelu Lukaku et Kevin De Bruyne. Lukaku ne sera malheureusement pas de la partie ce jeudi face à aux Three Lions, car insuffisamment remis de son problème à la cheville. Ceci rassure peut-être un peu les Anglais, impressionnés par le nombre de buts que le meilleur attaquant de l’histoire de la Belgique a inscrit dernièrement (17 buts dans les 11 dernières rencontres, déjà 4 buts dans cette Coupe du monde). Mais «  cela n’empêche que l’Angleterre devra affronter d’autres joueurs qui présentent eux aussi une réelle menace  » souligne The Guardian.

Eden Hazard est qualifié par la BBC comme le « créateur en chef » des Diables qui « impressionne dans son rôle de numéro 10 et de capitaine. » «  Il semble être un homme en mission dans cette Coupe du monde, déterminé à mener son pays vers la gloire et à montrer qu’il est l’un des meilleurs joueurs au monde  » précise The Guardian, «  la clé sera de restreindre le plus possible son influence dans le jeu, en supposant qu’il joue  ».

Autre homme clé que les Anglais devront contenir : Kevin De Bruyne. «  Avec son rôle plus en retrait, il peut dicter le tempo en offrant de fantastiques passes, mais aussi en créant des occasions de but  » explique The Guadian.

Faibles sur les flancs et les phases arrêtées

Après tous ces compliments, The Guardian a quand même aussi pointé quelques faiblesses dans le jeu belge. Notamment les phases arrêtées où les «  Anglais sont des spécialistes  », mais aussi les flancs. «  Face à la Tunisie, on a vu Meunier et Carrasco jouer extrêmement haut, ce qui ouvre des espaces derrière ces joueurs. C’est ce que la Tunisie a exploité en contre. La Belgique semble déséquilibrée quand elle perd la possession de balle.  » Le quotidien anglais tient également à préciser que la Belgique, bien qu’elle impressionne dernièrement, n’a pas dû faire face à des adversaires très coriaces. Et quand c’était le cas, elle n’a pas brillé (3-3 contre le Mexique en novembre, 0-0 face au Portugal plus récemment). «  L’Angleterre ne devrait donc rien craindre et ce sera intéressant de voir comment la Belgique réagira jeudi lorsqu’elle aura un peu d’adversité.  »

Alors, la Belgique est-elle crainte par les Anglais ? Probablement oui. L’ancien milieu de terrain anglais Dennis Wise résume plutôt bien la chose pour SkySports  : «  Si l’Angleterre s’impose face à la Belgique, ce seront les Anglais qui seront craints par les équipes encore en compétition  ».

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top