Avis des pros

Défense des Diables: à trois pour une place

défense des diables: à trois pour une place - PHOTONEWS 10723645 137 - Défense des Diables: à trois pour une place -  actu diables rouges

Avec le retour de blessure de Thomas Vermaelen et Vincent Kompany, Roberto Martinez a l’embarras du choix en défense centrale pour défier le Japon ce lundi.

Roberto Martinez l’a assuré : tout le monde est disponible. Ce qui renforce la concurrence en défense où toutes les cartes sont sur la table. À charge pour le sélectionneur de choisir la bonne formule.

Kompany encore ménagé ?

Vu le statut de l’adversaire, Roberto Martinez voudra peut-être ne prendre aucun risque avec Vincent Kompany dont il avouait, il y a deux jours, qu’il ne savait pas s’il saurait tenir 90 minutes. À moins d’un bluff de l’entraîneur, la situation ne peut pas avoir drastiquement changé en 48 heures. Et vu que Dedryck Boyata et Thomas Vermaelen sont disponibles, on ne voit pas ce qui pousserait le Catalan à titulariser l’ancien capitaine, à moins qu’il ne veuille absolument donner du rythme et du temps de jeu au défenseur de City avant un éventuel quart de finale.

Vermaelen au détriment de Boyata ?

Le gabarit des Japonais nécessite davantage du placement et de la vitesse que de la puissance physique. Dans cette optique et vu que Vermaelen est monté en puissance au fur et à mesure de la rencontre face à l’Angleterre, il serait plus logique de faire confiance au défenseur de Barcelone (qui a davantage de vécu et qui reste sur un très bon Euro 2016) qu’à celui du Celtic, et ce, même si Boyata a été le seul à disputer les trois premières rencontres et qu’il a constitué une bonne surprise de ce début de tournoi. Il n’a jamais montré de fébrilité et fut même un des meilleurs éléments face aux Three Lions.

Pourquoi ne pas épargner Vertonghen ?

Le recordman des sélections est sous la menace d’une suspension. Il ne serait donc pas idiot de le laisser au repos pour en profiter en quart de finale et de faire jouer le duo Vermaelen-Boyata comme face à l’Angleterre. Néanmoins, cette option ne risque pas d’avoir la faveur du joueur de Tottenham qui louperait sa deuxième rencontre d’affilée. De plus, le sélectionneur a bien dit en conférence de presse qu’il n’était pas question de spéculer dans les rencontres à élimination directe. Martinez estime en effet que les joueurs ont assez d’expérience pour gérer cette menace.

Et les flancs, on y bouge ?

Aucun signal n’a été envoyé dans ce sens. Thomas Meunier, à droite, et Yannick Carrasco, à gauche, ont reçu la confiance (et les félicitations) du sélectionneur. Si Meunier a commencé le tournoi en mode mineur, il a réalisé une grosse prestation face à la Tunisie. Quant à Carrasco, il a été soutenu. Et tant pis pour Nacer Chadli, très bon face à l’Angleterre, mais qui se tient prêt pour suppléer tant à gauche qu’à droite.

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top